Actualité

Retour sur le 08 mars et la justice restaurative.

Le 08 mars dernier, pour la journée internationale des droits des femmes, nous avions la joie de reprendre nos rencontres avec l’évènement – conférence sur la justice restaurative.

Nous avons eu l’immense plaisir d’entendre et d’échanger avec Noémie Micoulet.

Cette coordinatrice pour l’Institut Français pour la Justice Restaurative (IFJR) nous a présenté ce sujet d’actualité qui mérite d’être connu de tous et toutes.

En effet, les mesures de justice restaurative offrent l’opportunité aux personnes volontaires, qu’elles soient victimes ou infracteurs, de bénéficier d’un espace d’écoute et de dialogue, dans le respect des personnes et de leurs choix.

Restaurer une harmonie sociale.

Cette justice restaurative permet d’instaurer différentes mesures qu’elle promeut dans un processus dynamique.

Ainsi, la participation volontaire de tout(e)s celles et ceux qui s’estiment concerné(e)s par un conflit de nature infractionnelle permet d’envisager ensemble les solutions les meilleures pour chacun, par :

  • une participation active,
  • en la présence et sous le contrôle d’un « tiers justice »,
  • et avec l’accompagnement éventuel d’un « tiers psychologique et social »

C’est alors que leur responsabilisation conduit à la réparation de tous, afin de restaurer – plus globalement- l’Harmonie sociale.

👉 Les évaluations disponibles des mesures de justice restaurative, pratiquées depuis plus de 40 ans dans le monde entier, montrent qu’elles contribuent fortement à l’apaisement des personnes et des conflits…

Nous sommes fières d’avoir pu faire découvrir, au travers de cette conférence-échanges, ces instances qui œuvrent chaque jour au mieux-vivre – tant personnel, qu’en société – à nos adhérent(e)s et visiteurs(ses) ainsi qu’à nos élu(e)s présent(e)s.

Un peu d’histoire….

  • En France, c’est la loi du 15 août 2014 qui a introduit cette notion de « justice restaurative ». On parle également de justice relationnelle, participative, communautaire, positive ou réformatrice.
  • Dans l’Histoire, on attribue les premières traces de justice restauratrice aux peuples premiers d’Amérique du Nord. 
  • Le terme « restauratrice » est attribué à Albert Eglash dans un texte datant de 1977.
  • L’un des pères fondateurs du modèle est le mennonite Howard Zehr. 
  • En Europe, c’est le criminologue Lode Walgrave qui représente l’un des chefs de file de ce mouvement de justice.

Pour conclure, cet évènement a été voulu marquant pour cette journée spéciale « Droits des Femmes » qui nous tient à cœur au sein de notre association, et nous vous remercions pour ces beaux moments de partage.

Pour aller plus loin :

Vous trouverez ci-dessous les coordonnées de notre intervenante et des divers acteurs qui œuvrent chaque jour en ce sens. 

Noémie Micoulet  
Coordinatrice de l’antenne Sud-Est
Institut Français pour la Justice Restaurative, 6 rue Maréchal Foch – BP 70131 – 64001 PAU CEDEX 01 

www.justicerestaurative.org

AGAVIP-Médiations (Association Gardoise d’Aides aux Victimes d’Infractions Pénales)

1 rue Raymond Marc 30000 Nîmes

Tél : 04.66.29.18.38 (Du lundi au vendredi)

Service Justice Restaurative

1 rue Raymond Marc 30000 Nîmes

Tél : 04.66.29.18.38

Mail: justicerestaurative30@orange.fr

Maison de la Justice et du Droit de Bagnols-sur-Cèze

41 rue Marc Sangnier 30200 Bagnols-sur-Cèze

Tél : 04.66.39.65.15 (1er et 3e  jeudis du mois)

ASSOCIATION RIPOSTE

2, rue Juiverie – 30200 BAGNOLS SUR CEZE

Du lundi au vendredi : 9h00–17h00

Tél : 04 66 89 65 98

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.